bandeau de présentation

Les Concepts

Notre projet s’intéresse aux différentes manières de se repérer en ville. Il pose donc de nombreuses questions. Comment définir un quartier ? Quelle est la différence entre un POI (Point d’intérêt), appellation à but commercial pour les utilisateurs de GPS, et un Point de Repère Géographique (Landmark en anglais) ? Ce concept est placé au centre de la réflexion.
Est-ce que la manière de se repérer en ville change avec les nouveaux outils de la géomatique ? Voici quelques explications assez concises, complétées par des liens permettant d'approfondir vos connaissances dans le domaine. Si vous avez des remarques, des interrogations, n’hésitez pas à en faire part !



Les Points de Repères Géographique

Les Points de Repères Géographiques sont des entités qui servent de repères aux personnes cherchant à s’orienter. Contrairement aux POI, ils ne se réfèrent pas directement aux fonctions des lieux, mais l’image qu’ils renvoient. C'est donc une classification liée à la vision personnelle de chaque usager de la ville. Ces points de repère sont de nature très variée peuvent avoir des représentations très variées, des bâtiments d'aspect originaux ou repérables de loin, une rue assez particulière pour être distinguable, des places qui ont une importance dans la ville, un style de revêtement de sol particulier, une voie ferrée bloquant la circulation… bien sûr c’est une notion personnelle, tout le monde ne se repère pas de la même manière en ville. Néanmoins, certains édifices devraient être souvent désignés, et sortir du lot.

De nombreuses recherches dans le domaine de la géomatique (l’informatique géographique) portent sur le repérage urbain, souvent associé au guidage. En effet, de plus en plus de système GPS ont pour ambition de faire repérer par le client leurs services, non plus par des noms de rue, qui ne sont pas aisément identifiables par quelqu’un qui cherche sa route en conduisant, mais par des repères géographiques évidents, qui ont été validés par la vision de la majorité de la communauté et qui seront donc beaucoup plus parlants.

Les objets urbains ?

L’urbanisme est un terme très large, regroupant l’étude et la gestion de la ville et de ses territoires. Elle regroupe l’étude de beaucoup de disciplines, principalement de la géographie à l’architecture, mais aussi la sociologie, l’économie, l’écologie… Tandis qu’une partie de cette science s’occupe d’analyser et de critiquer les décisions politiques de la ville en restant dans le côté du théorique, une autre tend à exploiter et aménager les ensembles urbains pour pouvoir améliorer le quotidien des utilisateurs de la ville, de l’habitant au visiteur. La lecture qui est faite de la ville résulte souvent de documents d’urbanisation officiels (PLU, SCOT… ) qui sont très importants pour assurer un développement contrôlé de la ville. On y emploie un vocabulaire technique assez spécifique. Voici une définition concise et claire de l'urbanisme.

Le quartier


Plusieurs définitions d’un quartier existent, et dépendent de la vision de chacun. D’après l’INSEE, un quartier est « un groupement de plusieurs îlots contigus à l'intérieur d'une même commune. (…). La taille des quartiers est très variable. Elle doit respecter certaines normes de population. Ainsi, une commune de 20 000 habitants n'est généralement pas découpée en plus de deux ou trois quartiers ». Cette définition officielle donne plus de poids à la démographie qu’à la coutume, à l’histoire et aux pratiques des lieux. Néanmoins, depuis 2002 et la loi Vaillant, les communes de plus de 80 000 habitants doivent obligatoirement déléguer une partie de leur autorité à des conseils de quartiers. Il existe donc pour toute ville un découpage officiel des quartiers.
Pour Kevin Lynch, « Les quartiers sont les zones relativement étendues de la ville ou l’observateur peut entrer par la pensée, et à qui on reconnait une valeur interne qui leur est propre ». Cette approche privilégie les émotions sensorielles et affectives du lieu, qui se démarque d’un autre lieu de part des multitudes de critères plus ou moins personnels. L’architecture, le type d’aménagement, mais aussi l’expérience du lieu sont des critères qui nous feraient délimiter ces quartiers. Cette approche est donc assez propre à l’observateur et correspond au découpage des quartiers que nous voulons produire à l’issue du projet « Connaissez-vous Sainté ? », à côté de la définition plus politique du quartier des Conseils.

Les POI (Point d’intérêt ou Point Of Interest)

Un point d’intérêt est un élément localisé ayant un attrait commercial, touristique ou quelconque pour un consommateur. Ce concept est très employé dans les systèmes de GPS, pour indiquer à son utilisateur où se situent les commerces ou services dont il a besoin. Il peut donc s’agir d’hôpitaux, de stations-services, de monuments touristiques ou de n’importe quel type de magasins... De nombreuses bases de données regroupant les POI existent sur le net, fournies par des entreprises différentes (Google, Page Jaunes, TomTom…). Le projet UNIMAP, branche mère du projet « Connaissez-vous … ? », a pour mission de rassembler ces points fournis sur différentes cartes, censés représenter le même endroit, et de trier ces points s’ils diffèrent selon certaines règles. Il en sortira une carte représentant les points d’intérêts de façon plus précise, plus juste et plus complète. Dans Connaissez-vous … ?, nous utilisons les POI pour explorer un quartier et savoir les endroits qui sont connus et parcourus.



La géomatique et le GeoWeb

La géomatique est une discipline à la rencontre de la Géographie et de l’Informatique et pour objectif de de rassembler, d’analyser et de diffuser l’information géographique. Bien qu’apparue dans les années 60, la géomatique a grandement bénéficié des immenses avancées de l’informatique de ces dernières années. Les évolutions et nouvelles opportunités apportées régulièrement par Internet renouvellent les méthodes, concepts et outils de la géomatique. Les données géographiques deviennent de plus en plus faciles à récolter, accessibles à tous et plus aisées à partager. La popularisation des Smartphones, reliés à chaque instant et de plus en plus rapidement à Internet (avec par exemple l’arrivée prochaine du réseau « « 4g ») fournit à ces stations mobiles et géo localisées de grandes perspectives d’évolution. Tous les « géants » du web ont investi dans les technologies géoweb. On peut voir d’où on a posté un statut sur Facebook, comment la communauté de Google a noté un restaurant et comment y aller. Les possibilités d’innovation sont de plus en plus importantes avec la facilité de création de nouvelles applications Internet. Pour plus d’enseignements sur ce domaine, vous pouvez aller consulter cet article

Le vocabulaire à savoir :

SIG : Système d’Information Géographique, ou solution de logiciel permettant une multitude d’opérations afin de manipuler des données géographiques. Elles peuvent être sous forme de vecteurs (points, lignes et surfaces), de bases de données structurées, ou d’images (raster). Les données sont donc liées à une interface cartographique informatisée, permettant de faire des opérations sur le visuel ou directement sur les données. Elles sont utilisées dans un nombre très important de domaines, l’analyse territoriale, la gestion de parcs, toutes sortes d'études marketing, les recherches écologistes... Le logiciel SIG le plus important est ArcGIS.

Géoréférencement : C’est le fait de compléter la description d’un lieu avec une référence spatiale. Elle est donc liée à un système de projection qui lui seul donne des coordonnées pour placer ce lieu sur le globe, modélisé par un SIG. Avec l'augmentation d'utilisation des Smartphones, le géoréférencement est de plus en plus fréquent et utilisé.

Mashups : Les « Mashup » sont des sites internet qui utilisent des applications simplifiées d’autres grands sites, souvent gratuitement (tout dépend du nombre d’utilisateurs dudit site.) Ils participent donc à faciliter le développement d’idées en mettant à disposition un outil simplifié et connu du grand public. Le type de mashup le plus répandu utilise l’API Google Maps, , utilisée sur le site de Connaissez-vous ... ?.

Open Source : terme désignant un logiciel dont la licence est libre, c’est-à-dire que l’utilisateur à le pouvoir de modifier, de copier et de redistribuer sans aucunes contraintes. De ce fait une communauté se forme pour accompagner le développement de tels logiciels, à tous les niveaux. Profitant de l’expérience diversifiée des nombreux profils d’internautes, ces logiciels sont parfois aussi performants que les logiciels privés, dit propriétaires. On peut citer Linux, le type de système d’exploitation Open Source le plus célèbre. Libre Office est une suite de logiciels de bureautique Open Source, Python est un langage de programmation Open Source, ou encore Firefox est lui aussi un navigateur internet Open Source.

Open Data : Sur le même principe que l’Open Source, L’open Data met à disposition des données libres de droits, pouvant être réutilisées et redistribuées librement. OpenStreetMap illustre bien cette notion en proposant un service cartographique collaboratif, librement exploitable et modifiable par tous.